En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.

Honoré Philippe, La maison Pachon de Cernex

MAISON PACHON


Le château possédait une grande maison, à cent mètres, sur la place du village, près de l'église: c'était la maison Pachon.

Elle avait été construite en même temps que le château. Elle a été utilisée pour toutes sortes d'activités:

une école, avant la construction de l'actuelle (début XIXe siècle);
une fruitière où le fromage produit était partagé entre tous les porteurs de lait qui tous participaient à la fabrication du fromage.
un maréchal-ferrant et un forgeron, les deux frères Bretton.

Le forgeron était un métier important; il cerclait et forgeait les roues de chars de nos campagnes. Ce métier nécessitait une grande énergie.

Le maréchal-ferrant ferrait les chevaux et les bœufs.

un boucher, M. Touvier, qui allait aussi tuer les bêtes dans les fermes; il était spécialiste des salaisons.
un boulanger, M. Veyrat, y fit construire un four il y a environ 45 ans, dont les pierres sont venues toutes numérotées depuis le plateau de Langres, quatre, "pierres meulières". Ce type de pierres servait beaucoup à aiguiser, c'était de la molasse à grains très fins.

Derrière cette maison Pachon, à côté d'une petite écurie, il y avait une toute petite chambre dépourvue de confort où demeurait un pauvre hère abandonné et dépourvu d'identité, né avec un pied bot. n se déplaçait difficilement, on l'appelait "Ramboué". Il était nourri par des personnes du village qui vivaient près de lui. Chaque soir, la mère d'Adolphe Saxod, qui plus tard sera maire du village, le chargeait, à son grand plaisir, d'aller porter le pot de soupe à Ramboué.

Cette maison Pachon n'ayant jamais été entretenue est tombée en ruine peu à peu, pour être démolie, à cause du danger qu'elle représentait principalement pour les enfants de l'école voisine.

Les pierres ont servi à combler des ravins.

{highslide float=left type="img" url="histoire/20eme/Honore_philippe.jpg" width=200 captionText='Honore Philippe' } {/highslide}

Traité et publié le 4 février 2005 par Michel Weinstoerffer