En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.

19 avril  1824,   pétition route de Charli

L'an mil huit cent vingt quatre et le dix neuf du mois d'avril, le conseil de la commune de Cernex dûment convoqué et assemblé dans le lieu ordinaire de ses séances en personnes des Sieurs François Saxod sindic*, Pierre Magnin François Magnin, Pierre Chalamel, Mathieu Philippe, conseillers ordinaires et en l'assistance des Sieurs Claude François Thouvier, Alexandre Thouvier, Jean Gruaz, François Cusin plus forts imposés, les autres plus forts imposés quoi qu'invité n'ayant point comparu et aussi assisté de leur secrétaire soussigné, lequel après avoir pris lecture de la pétition des Sieurs François Charrière, Etienne Philippe et Jean Philippe, et la décision de Monsieur l'intendant de cette province en date du 10 mars dernier la dite pétition tendant de faire construire une route tendant de Cernex à Charli, ont l'honneur de représenter à Monsieur l'intendant que la route dont ont fait mention ne mérite plus une attention particulière puisque pour se rendre à Genève les habitants de Cernex préférant de passer par le chemin de la Motte.

Cependant le conseil c'est proposé de faire une visite des réparation à faire au dit chemin, et les réparations seront faites par les habitants du village chef lieu de Cernex et ceux du hameau de verlioz seuls  intéressés et non par ceux des hameaux Chez Bretton, La Chapelle, Chez Poncet et Veyssières.

{highslide float=left type="img" url="histoire/19eme/19_avril_1824_petition_route_charli-1.jpg" width=200 captionText='19 avril  1824,   pétition route de Charli' } {/highslide} {highslide float=left type="img" url="histoire/19eme/19_avril_1824_petition_route_charli-2.jpg" width=200 captionText='19 avril  1824,   pétition route de Charli' } {/highslide}

Ainsi délibéré audit Cernex les an et jour ....

* = Dans le Royaume de Sardaigne, le syndic est une fonction analogue à celle d'un maire français , créée avec le statut de 1848 promulgué par le roi Charles-Albert. Après avoir eu des consuls à sa tête, Nice (qui a longtemps appartenu au royaume de Piémont-Sardaigne) fut dirigée par un syndic de 1848 à 1860. En italien le terme correspondant est sindaco et en niçois sèndegue. Une réforme de ce système communal fut entreprise en 1738. Les assemblées générales furent alors supprimées, chaque commune aura son (ou ses) syndic(s), un conseil et un secrétaire sous le contrôle de l´intendant.

Crédit documentaire Archive de la Mairie, cahier de 1816 à 1826 page 63
Traité et publié le 9 janvier 2005 par Michel Weinstoerffer
Transcription écrite le 2 avril 2008 par Michel Weinstoerffer

Galerie XIXe siècle