En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.

20 juillet 1816 Réparation du presbytère


L’an mil huit cent seize et le vingt du mois de juillet avant midi à Cernex, dans la maison du Sieur François Charrière le conseiller de ladite commune dument assemblé à la manière accoutumée en la personne des honorables François Charrière syndic*, François Charpinaz, Pierre Magnin, François Vigne et Joseph Philippe conseillers assistés du secrétaire soussigné.

Ledit conseiller considérant que ladite commune fut dépourvue pour ainsi dire de fond, et qu’il est d’une nécessité indispensable de réparer tout le presbytère dudit lieu, qui menace ruine, que les murs du cimetière qui sont délabrés est d’avis d’ascencer différentes pièces de communaux pour l’aider à réparer et ledit presbytère et la clôture du cimetière.  arrêté

Seront mises à l’enchères publiques conformément aux royales constitutions les pièces des biens communaux dont les noms suivent et pour testeurs et termes de trois ans, pour ………. Fauchée

Premièrement une pièce de ….. et trois lieu dit à la chantenulaz figurée sous les N° trois mille quatre cent quarante quatre, trois mille quatre cent cinquante quatre et trois mille quatre cent cinquante six de la contenance en tout d’environ trente quatre journaux cent cinquante cinq toises.

Secondement une pièce de terre pâturage et lieu dit à baccus sous partie au midi du N° mille vingt trois contenant approximativement six journaux.

Troisièmement et finalement une pièce de ……….Lieudit au ………. Figurée sous les N° douze cent nonante deux, douze cent nonante trois et treize cent quarante le tout de la mappe de Cernex cette dernière contenant toute quatre journaux, ledit conseiller est d’avis de faire vendre aux enchères publiques.

Comme il est dit en gros ou en détaillé le quart .. coté …. De la coupe du bois de  la pièce dite à la chantenulaz qui devras être coupée pour le plus tard dans le commencement du ….. prochain, la présente délibération sera soumise au seigneur intendant de la province pour pour  y mettre son approbation.

Fait et délibéré à Cernex au susdit lieu, les ans et les jours de plus.

{highslide float=left type="img" url="histoire/19eme/1816_page_3-A.jpg" width=200 captionText='20 juillet 1816 Réparation du presbytère' } {/highslide} {highslide float=left type="img" url="histoire/19eme/1816_page_3-B.jpg" width=200 captionText='20 juillet 1816 Réparation du presbytère' } {/highslide}


Signatures de :
François Charrière Syndic
François Vigne
Magnin
Amédée Richard leur secrétaire

* = Dans le Royaume de Sardaigne, le syndic est une fonction analogue à celle d'un maire français , créée avec le statut de 1848 promulgué par le roi Charles-Albert. Après avoir eu des consuls à sa tête, Nice (qui a longtemps appartenu au royaume de Piémont-Sardaigne) fut dirigée par un syndic de 1848 à 1860. En italien le terme correspondant est sindaco et en niçois sèndegue. Une réforme de ce système communal fut entreprise en 1738. Les assemblées générales furent alors supprimées, chaque commune aura son (ou ses) syndic(s), un conseil et un secrétaire sous le contrôle de l´intendant.

Crédit documentaire Archive de la Mairie, cahier de 1816 à 1826 page 3
Traité et publié le 14 décembre 2004 par Michel Weinstoerffer
Transcription écrite le 27 mars 2008 par Michel Weinstoerffer

Galerie XIXe siècle